Restez au courant de Bionews

Dossier: Cheveux resplendissants et sains avec un shampoing biologique

Les shampoings traditionnels contiennent une foule de substances synthétiques, nocives, susceptibles de provoquer des réactions allergiques, et qui ne devraient pas entrer en contact avec notre corps. Le défi des producteurs de shampoings écologiques et biologiques est donc de remplacer les substances chimiques par des alternatives naturelles, biologiques de préférence.

Mousses inoffensives

Les propriétés nourrissantes d'un shampoing biologique ou écologique se retrouvent dans de nombreuses matières premières naturelles et ingrédients biologiques. Mais l'essentiel d'un shampoing, mousser et nettoyer les cheveux, était difficile à reproduire jusqu'il y a quelques années avec des matières premières exclusivement naturelles et inoffensives. Il n'y avait pas d'alternative directe aux substances de lavage dites actives. Le développement des tensioactifs de sucre apportait la solution.

Pour nettoyer nos cheveux et le cuir chevelu, un shampoing fait appel à des substances tensioactives ou tensides. Ces produits ont la propriété de former de la mousse et de dégraisser les surfaces avec lesquelles elles entrent en contact. Des shampoings classiques et courants font appel au laurylsulfate et au laurethsulfate de sodium. Les deux substances sont régulièrement sur la sellette parce qu'elles seraient cancérigènes. Elles sont dès lors interdites dans tous les cahiers de charges de shampoings écologiques et biologiques.

Tensides de sucre au lieu de sulfates

Le développement des tensides de sucre a créé une alternative à ces sulfates. Ce sont des dérivés d'une huile (huile de coco par exemple) et d'un sucre, qui possèdent les mêmes propriétés que les sulfates chimiques mentionnés ci-dessus, sans leurs inconvénients. Parfois associées à des acides aminés tensioactifs, ces substances moussent, nettoient et sont facilement réalisées à partir de composants biologiques. Comment procède-t-on ? On crée par exemple une liaison entre l'huile de coco et le glucose du maïs, ce qui forme un tenside de sucre. Celui-ci possède la propriété d'émulsifier les graisses, une propriété que ne possède pas l'eau ordinaire. Le tenside lie les graisses des cheveux et l'eau, de sorte que ces graisses sont rincées avec l'eau.

Les tensides réduisent en outre la tension superficielle du shampoing, de sorte qu'il mousse mieux.

Etant des molécules plus grandes que le laurethsulfate et le laurylsulfate de sodium, les tensides ne pénètrent pas dans le cuir chevelu et ne provoquent donc pas d'irritation.

En vérifiant la liste des ingrédients d'un shampoing écologique ou biologique, vous retrouverez les tensides sous le nom de tensides glyciniques (une variante très douce), lamepon, glucoside de coco, huile de coco saponifiée et sirop de maïs, huile de coco et de palme.

Pas de silicone

De nombreux shampoings courants contiennent des silicones sous la forme de diméthicone. On les ajoute aux shampoings pour donner plus de volume aux cheveux, pour qu'ils brillent plus, deviennent plus doux et se peignent plus facilement. Comme les silicones absorbent de l'eau, les cheveux prennent plus de volume et de brillant. Ce n'est cependant qu'un effet à court terme.

Bien que les silicones ne soient pas absorbées par l'organisme humain, parce que les molécules sont trop grosses pour pénétrer dans la peau, elles ont un certain nombre d'effets secondaires négatifs.

A long terme, elles dessèchent le cuir chevelu et les cheveux deviennent ternes, gris et secs par manque de nourriture.

Egalement sans ingrédients nocifs

Ensuite, les producteurs de shampoings biologiques et écologiques s'abstiennent d'incorporer toute une série d'autres ingrédients que nous retrouvons souvent dans des shampoings traditionnels.

Il s'agit de substances potentiellement nocives, énumérées dans la liste ci-dessous :

 

·         Des parabens, agents de conservation qui provoquent des irritations et qui par leur effet pseudo-œstrogénique, peuvent être liés au cancer du sein.

·         Le phénoxyéthanol, agent conservateur, cause d'irritations.

·         La cocamide DEA, agent moussant considéré comme cancérigène.

·         Les phtalates : plastifiants mis en relation avec des inflammations des voies respiratoires, l'eczéma et l'asthme.

·         L'alcool isopropylique : dissolvant provoquant des réactions allergiques, substance perturbatrice des hormones.

·         Propylène glycol : dégraissant qui peut provoquer des troubles du rythme cardiaque, des lésions rénales et hépatiques.

·         Le polyéthylène glycol (PEG), qui est extrêmement dégraissant.