Restez au courant de Bionews

L'Europe siffle la fin du pique-nique plastique

La Commission européenne propose d'interdire la vente de produits plastique à usage unique comme les pailles et assiettes. Elle veut aussi imposer aux États membres un objectif de collecte des bouteilles en plastique de 90% d'ici 2025.

Après les grands discours, les actions concrètes. La Commission européenne a officiellement déclaré la guerre au plastique en présentant une stratégie de réduction des déchets en janvier. Elle propose aujourd'hui de légiférer pour interdire certains des objets jetables les plus courants. Finis les pique-niques tout plastique: les pailles, couverts, assiettes et touillettes à café à usage unique doivent être interdits sur le marché européen, estime-t-elle. Même chose pour les tiges pour les ballons des marmots et les bâtonnets de coton-tige.

Cela ne signifie pas que ces incontournables des fêtes d’anniversaire (cherchez l’intrus) vont disparaître: l'exécutif européen indique les avoir sélectionnés notamment parce que des alternatives durables au plastique jetable existent déjà. La proposition de directive cible une série d'autres articles qui font l'objet de mesures moins radicales - même si des alternatives durables existent également pour ceux-là. Les gobelets et récipients en plastique pour aliments, de restauration rapide par exemple, devraient ainsi se voir imposer des objectifs de réduction chiffrées: à charge de chaque État membre de déterminer la manière de les atteindre. D'ici 2025, 90% de la masse des bouteilles pour boissons mises sur le marché européen devront être collectés séparément, prévoit la Commission. La proposition de directive impose aussi des normes de conception pour que les bouchons restent attachés aux bouteilles de l’embouteillage au recyclage.

Le vice-président de la Commission, Frans Timmermans, présentait ce lundi une directive pour lutter contre la pollution plastique, symbolisée dans son dos par l'image d'un hippocampe accroché à un coton-tige en plastique. ©EPA

22 milliards pour l’environnement

Au total, la Commission vise les dix catégories de produits à usage unique qui sont les plus présents dans la nature - ils représentent 86% des articles en plastique à usage unique, et près de la moitié de l'ensemble des déchets rejetés par la mer sur les plages européennes.  L'initiative placera l'Union européenne à la pointe des efforts en la matière estime la Commission - "C'est la proposition la plus ambitieuse au monde", a souligné Frans Timmermans, vice-Président de la Commission européenne, en présentant le texte.

La commission estime que les impacts économiques de sa proposition seront positifs, "produisant un effet limité mais positif sur l'emploi net, encourageant l'innovation, assurant l'acceptation du public et contribuant à une utilisation plus efficace des ressources", selon le texte de la directive. La Commission envoie un signal clair qu'il y a une niche à prendre"pour créer les produits que le monde voudra dans les années qui viennent", selon Jirky Katainen, commissaire en charge de la Croissance et de l'Emploi, qui s'exprimait également lors d'une conférence de presse.

La Commission calcule que sa directive permettrait de réduire de 3,4 millions de tonnes les émissions de CO2 d'ici 2030. Elle permettrait d'éviter pour 22 milliards d'euros de dégâts environnementaux. La mise en conformité coûterait environ 2 milliards d'euros aux entreprises, tandis que les consommateurs économiseraient 6,5 milliards d'euros.

La liste des articles interdits ou restreints n'est pas conçue pour  évoluer rapidement - une première évaluation de la directive est prévue 6 ans après sa transposition dans les législations nationales. Le texte doit encore être négocié et adopté par les deux législateurs européens - Parlement et Conseil.

La "stratégie plastique" présentée en janvier par la Commission européenne prévoit que tous les emballages plastique soient recyclables d'ici 2030, ce qui devrait selon elle créer 200.000 emplois.

 

Source: l’Echo